Correction cicatrices de visage

Une cicatrice vicieuse peut parfois laisser des séquelles psychologiques sur un sujet. Des souvenirs d’un accident, marques d’acné,…

Les cicatrices peuvent être à l’origine de nombreux complexes qui empoisonnent notre vie. Une reprise de cicatrice peut dans certains cas atténuer ces vilaines marques.

Toute cicatrisation de plaie, qu’elle soit due à une blessure ou à une opération, passe par une phase inflammatoire nécessaire et inévitable. Ceci peut parfois prendre du temps. Au terme de cette cicatrisation normale, la boursoufflure et la rougeur s’atténuent pour laisser place à une cicatrice plus plate et de couleur plus pâle. Généralement, on considère une blessure cicatrisée au bout de 18 mois. Il est donc déconseillé d’intervenir sur une lésion avant 1 an à 18 mois.

Causes et types de cicatrices

Les causes des cicatrices sont multiples :

  • un accident
  • une opération chirurgicale
  • une plaie mal soignée
  • une maladie de la peau (dermatose, acné, etc.)

Les cicatrices peuvent prendre plusieurs aspects :

  • blanches, plates, indolores mais irrégulière ou élargies
  • Blanches et déprimées : Dans le cas d’acné ces cicatrices peuvent être multiples de taille variables et irrégulières
  • rouges, boursouflées, sensibles : ces « chéloïdes » sont dues à un excédent de collagène, sorte de « surcicatrisation ».
Chirurgie orthognathique chirurgie maxillo facial bruxelles waterloo

Reprise chirurgicale de cicatrice

Différentes techniques de chirurgie permettent de rendre une cicatrice plus discrète :

  • Exérèse et re-suture  : on excise la cicatrice, puis grâce à des sutures plus fines et  adaptée aux plis, tensions ainsi qu’aux mouvements naturels de la peau, on crée une nouvelle cicatrice plus discrète.
  • Plastie de couverture de la cicatrice : On recouvre la cicatrice avec du tissu cutané d’une zone saine :
    • Plastie par une greffe de peau : on prélève un morceau de peau sur une autre zone du corps et on le place sur la cicatrice.
    • Plastie par un lambeau locale : on utilise un lambeau de peau avoisinant pour recouvrir la cicatrice.
    • Plastie par expansion cutanée : on utilise un ballonnet pour augmenter la surface de la peau afin d’utiliser l’excédent pour recouvrir la cicatrice.
  • soit par micro-lipostructure : Dans le cas de certaines cicatrices déprimées, on peut prélever du tissu graisseux dans une partie du corps et réinjecter cette graisse afin de combler les cicatrices ; cette technique améliore les fonctions naturelles du derme.

La plupart de ces interventions peuvent être réalisées sous anesthésie locale. Toutefois les cicatrices plus importantes nécessitent une anesthésie générale et donc une hospitalisation. Dr A Yousefpour vous expliquera ces options en détail lors de la consultation.

Avantage de la reprise de cicatrice

La reprise de cicatrice peut être indiquée pour ces raisons :

• Esthétique : atténue les marques et stigmates ;
• Thérapeutique et fonctionnelle : supprime les douleurs, boursouflures, et autres gênes consécutives à l'opération.

Toutefois, le but de la reprise de cicatrice n’est pas de la faire disparaître mais seulement de rendre cette cicatrice plus discrète et, dans certains cas, indolore.

Par ailleurs, toute reprise de cicatrice comporte des risques. Dr Yousefpour vous informera des ses risques ainsi que des contre-indications.

La prévention des cicatrises indésirables :

Avant d'avoir recours à la correction chirurgicale, en respectant certaines règles on peut diminuer la probabilité de développer une cicatrice villaine :

1) Éviter le soleil.
2) Masser la cicatrice 5 minutes et plusieurs fois par jour : Ce traitement améliore la circulation et fait partie des traitements cicatriciels non invasifs les plus efficaces.
3) Utiliser un gel à base de silicone : Dermatix
4) Utiliser un pansement compressif en silicone dans certains cas.

Traitements associés à une reprise de cicatrice chirurgicale :

Lorsqu'on traite une cicatrice par chirurgie, une récidive est toujours possible et peut même donner lieu à une cicatrice encore plus voyante.

Il est donc parfois nécessaire d'associer une intervention chirurgicale à un traitement type injections de corticoïdes ou cryothérapie :

Corticothérapie intra-lésionnelle : Des corticoïdes sont injectés dans la cicatrice. Ces anti-inflammatoires évitent la création de chéloïdes. Ce traitement peut être commencés quelques semaines après la chirurgie.

La cryothérapie est une alternative utile en cas de cicatrices boursouflées et volumineuses. Le froid bloque la création de collagène et ainsi la croissance ultérieure de la cicatrice est freinée. Dans ce cas la cicatrice est d’abord reprise chirurgicalement, puis congelée. La cryothérapie peut être répétée afin de diminuer la possibilité de la récidive.